RÉSEAU ART ACTUEL

Appels de dossier

Appel de textes / esse

1er septembre 2017

Montréal (Québec)

 

Appel de textes

APPEL DE TEXTES - SOUMISSIONS

Les textes proposés (de 1 000 à 2 000 mots maximum, notes incluses) peuvent être envoyés en format lettre US (.doc, .docx ou .rtf) à redaction@esse.ca avant le 1er avril 2017. L'auteur est prié d'inclure, à même le texte, une courte notice biographique (30-50 mots), un résumé du texte (80-100 mots), ainsi que son adresse courriel et postale. Les propositions non afférentes aux dossiers (critiques, essais et analyses sur différents sujets en art actuel) sont aussi les bienvenues (dates de tombée : 1er septembre, 10 janvier et 1er avril de chaque année).

No 92 : Dossier Démocratie
Avant le 1er septembre 2017

Le mot « démocratie » suggère une société ouverte, moderne, fondée sur l’égalité. Or, comme concept et mode de gouvernance, la démocratie est marquée de nombreuses incohérences et contradictions. Instable de nature, elle exige des négociations continues et même, dans sa forme radicale, un agonisme constant, selon la proposition de Chantal Mouffe. Les notions d’individu, de communauté, de liberté, de participation, de droits et responsabilités des citoyens et des citoyennes, doivent continument être remises en question et réaffirmées. Complexe et conflictuel, le concept de démocratie a subi de nombreuses mutations au cours de son histoire relativement courte. Il reste que les quatre modèles de démocratie existants – classique, républicaine, libérale et directe – sont soutenus par les deux mêmes principes fondamentaux, à savoir, d’une part, que le pouvoir représente la majorité et, d’autre part, que les minorités sont protégées, soutenues et encouragées à accéder au pouvoir. En principe, dans une démocratie, le siège du pouvoir est « vide » et la majorité se prépare continuellement à sa propre abdication. Dès que les dirigeants cessent de protéger les minorités, la démocratie faiblit.

La réalité est que de nombreux mécanismes maintiennent les plus démunis dans une position de faiblesse et réduisent leurs possibilités de participation civique. Pour cette raison, et compte tenu de l’imbrication actuelle de la démocratie dans les politiques néolibérales et néonationales, la viabilité de celle-ci est devenue une préoccupation générale. Avec le succès croissant des politiciens populistes et le retour des régimes autoritaires en Europe et ailleurs, les droits de la personne sont compromis, et d’aucuns craignent un recul de la démocratie. Mais la démocratie ne fait pas seulement écho à des visions politiques utopiques; elle est aussi liée à des incursions néolibérales et à des interventions militaires initiées en son nom. À la lumière de ces contradictions, il est impératif d’interroger ce qui est en jeu dans sa glorification comme unique modèle politique légitime, surtout si l’on considère que, dans les démocraties actuelles, la participation des citoyens est souvent réduite au vote à de rares élections. Selon le politologue David Held, aucun des quatre modèles démocratiques n’a même de chance de survivre à la mondialisation, précisément à cause des inégalités qu’ils continuent de favoriser.

Ce numéro de esse propose une réflexion critique sur le concept de démocratie afin d’explorer ses contradictions inhérentes et ses retombées réelles, ainsi que le rôle que l’art peut y jouer. L’art est-il en mesure d’aider à radicaliser la démocratie et à la rendre résiliente? Peut-il contribuer à établir de nouvelles formes de démocratie à l’échelle locale et mondiale? Pourrait-il en faire des lieux d’expérimentation? Considérant l’idée largement admise que la culture est aujourd’hui soumise à la logique marchande, dans un monde où la voix de la protestation est perçue comme naïve ou irréaliste, l’art actuel peut-il adopter une stratégie différente et atteindre l’appareil politique en plein cœur? Peut-il appeler aux « démesures » et aux « transgressions » avant-gardistes pour motiver l’engagement citoyen et favoriser les mouvements d’opposition?

Esse vous invite à soumettre des articles portant sur des pratiques artistiques actuelles qui investiguent ces préoccupations et bien d’autres, notamment : le rôle des médias – le 4e pilier de la démocratie – et la liberté de la presse; l’antagonisme entre l’individu et la communauté; l’écart grandissant entre le citoyen ordinaire et le dirigeant politique; l’influence des groupes de pression économique et des ONG; la crise des réfugiés et le problème de l’immigration; la surveillance de masse et la protection de la vie privée; l’identité politique, la représentation et la protection constitutionnelle; l’interrelation entre les initiatives populaires et les politiques gouvernementales; et l’urgence de former un consensus ainsi que les risques associés à un tel objectif. Les artistes et les institutions culturelles peuvent jouer le rôle de catalyseurs, de médiateurs, de facilitateurs, de concepteurs d’un monde plus équitable et plus juste… n’est-ce pas?

POLITIQUE ÉDITORIALE
1. Esse arts + opinions, publiée trois fois l’an par Les éditions esse, est une revue d’art contemporain bilingue qui s’intéresse principalement à l’art contemporain et aux pratiques multidisciplinaires (arts visuels, performance, vidéo, musique et danse actuelles, théâtre expérimental). La revue privilégie les essais sur l’art et les analyses critiques, les comptes rendus d’expositions, à travers des textes qui abordent l’art en relation avec le contexte dans lequel il s’inscrit. Chaque numéro propose un dossier thématique, un portfolio d’œuvres, une section d’articles critiques traitant de la scène culturelle internationale, une section de comptes rendus d’expositions, d’événements et de publications. La plateforme esse.ca propose également des articles sur l’actualité artistique, de même que des archives d’anciens numéros de esse.

2. Les auteurs sont invités à proposer des textes les 10 janvier, 1er avril et 1er septembre de chaque année. Les textes peuvent être soumis pour l’une des 4 sections suivantes :
La section Dossier thématique : des essais de 1 000 à 2 000 mots (notes incluses). L’orientation thématique est disponible en ligne 4 à 6 mois avant la date tombée : http://esse.ca/fr/appeltextesfr
La section Articles : des essais, articles de fond ou entrevues de 1 000 à 1 500 mots (notes incluses).
La section Comptes rendus bref : des couvertures d’expositions, d’évènements ou de publications (500 mots maximum, sans notes de bas de page).
La section Comptes rendus long : des couvertures d’expositions ou d’évènements (950 à 1 000 mots maximum, sans notes de bas de page).

3. À moins d’une entente contraire, l’auteur(e) s’engage à soumettre un texte inédit et original.

4. Chaque texte est soumis au comité de rédaction, qui se réserve le droit de l’accepter ou de le refuser. Les critères de sélection sont basés sur la qualité de l’analyse et de la rédaction, la pertinence du texte dans le numéro en cours (la thématique), de la pertinence du corpus d’œuvres et d’artistes choisis. Un texte peut aussi être refusé en raison d’un trop grand nombre de propositions pour le numéro dans lequel il est soumis. Un délai de 6 semaines est requis pour la sélection des textes. La décision de refuser un texte est sans appel.

5. À moins d’une entente contraire, le comité ne retient pas les textes étant sources possibles de conflit d’intérêts entre l’auteur et le sujet couvert (par exemple, les textes d’artistes sur leur propre pratique, les écrits par les commissaires d’expositions ou desdits évènements ou par la galerie d’un artiste).

6. Les auteurs dont les textes sont retenus s’engagent à formater le texte selon les normes typographiques de esse, suivant un document envoyé avec l’entente de publication.

7. Dans le respect de la vision et du style de l’auteur, le comité de rédaction se réserve le droit de demander des corrections de nature sémantique ou autre : qualité de la langue, structure générale du texte, clarté, carences, pertinence des titres et des sous-titres, normes de composition.

8. Les textes acceptés sous conditions feront l’objet d’une discussion entre l’auteur(e) et le comité de rédaction. Si des modifications sont demandées, l’auteur(e) se verra accorder quinze (15) jours pour les réaliser.

9. Tous les frais de correction typographique du texte de l’auteur(e) seront à la charge de esse sauf les corrections d’auteur, s’il y a lieu, qui seront à la charge de celui-ci.

   
 esse92_democratie_fr.pdf  

expositions et événements

Inscrivez-vous au bulletin hebdomadaire

 

 

© Copyright 2017 Réseau Art Actuel
Réalisé par Propage