RÉSEAU ART ACTUEL

Expositions et événements

Points de vue, conférences de Jakub Zdebik et Ryan Stec, le mercredi 26 juillet à 18h à la Galerie UQO

26 juillet 2017 – 26 juillet 2017

Gatineau (Québec)

La Fonderie, bâtiment imposant de 5 390 mètres carrés datant de 1913 qui témoigne des mutations industrielles et de l’ère des manufactures, joue un rôle de premier plan dans le cadre du projet À perte de vue / Endless Landscape. De son lien historique avec l’industrie de la transformation et de la fabrication à son actuelle fonction de centre d’art contemporain, en passant par sa conversion en complexe sportif, ce lieu aux multiples fonctions reflète l’évolution économique, sociale et culturelle de la région de l’Outaouais. Construit majoritairement en verre, la chaleur durant la saison estivale y est accablante. À l’inverse des musées et des galeries, l’espace de diffusion est dépourvu de système de climatisation. Jakub Zdebik, professeur adjoint en histoire de l’art à l’Université d’Ottawa, offre une présentation qui interroge l’art et l’air, voire l’esthétique atmosphérique du lieu d’exposition. Pour sa part, l’artiste et chercheur Ryan Stec témoigne de la création de l’espace public par l’art et engage des pistes de réflexion sur la présence d’œuvres à grande échelle dans ce bâtiment postindustriel en constante transformation.
 
L'esthétique atmosphérique
L’espace d’exposition est un récipient d’art isolé et isolant. Coupées du dehors, délimitées par des murs, les œuvres d’art qui y sont exposées sont imprégnées d’une atmosphère palpable. Quel est le lien entre l’atmosphère, l’isolation et l’exposition ? Une île atmosphérique, telle qu’une serre ou une capsule spatiale, peut servir de modèle pour l’exploration de la relation entre l’art et l’air. D’après le philosophe allemand Peter Sloterdijk, la naissance du modernisme coïncide avec l’attaque au gaz à Ypres en 1915. L’atmosphère est désormais contaminée, suspecte et menaçante. De cette attaque au gaz à la quasi-asphyxie de Dali à l’intérieur d’un scaphandre, Sloterdijk traces les liens entre la menace invisible provenant de l’atmosphère jusqu’aux airs cultivés des artistes de l’avant-garde. À travers ses écrits sur l’air toxique, ses concepts de l’île atmosphérique et sa notion de formalisation esthétique de la météo, Zdebik va explorer l’espace d’exposition comme un réseau d’art relié par un air tangible.

Jakub Zdebik
Jakub Zdebik est professeur adjoint en histoire de l’art au département d’arts visuels à l’Université d’Ottawa. Il a complété un doctorat au Centre for the Study of Theory and Criticism.  Il a publié dans les pages de RACAR, The Brock Review, The Semiotic Review of Books, English Studies in Canada et Deleuze Studies et publie Deleuze and the Diagram : Aesthetic Threads in Visual Organization au Continuum Press.  Récemment, il était commissaire de l’exposition Art as Information : Maps, Plans and Diagrams au Kennedy Museum of Art en Ohio.


L’art et la fabrication de l’espace public
L’espace public est une invention moderne. Né en pleine crise de la vie moderne à la fin du vingtième siècle, il a joué le rôle d’outil conceptuel dans la lutte pour le maintien des lieux que nous partageons dans la ville. L’expression espace public en est venue à désigner le monde ordinaire menacé par la planification moderne, en même temps qu’elle renvoie désormais à une liste de plus en plus longue d’espaces communs partagés qui ont été effacés, rasés, réduits en cendres, vendus, clôturés, remplacés et reconstruits. De l’avis général, l’espace public est moribond, mais malgré ce triste état des choses, les artistes ont poursuivi leurs efforts pour nous rassembler dans toutes sortes de lieux. Néanmoins, les artistes (et le meilleur de leurs productions) ne créent pas dans l’idée de nous réunir dans une sorte de zone consensuelle homogène – ce rassemblement-là représente bien plus un marché démographique ou un marché cible qu’un public. Le ralliement que permet l’ambiguïté de l’oeuvre d’art est d’un genre qui est plein de tension et de complexité, d’une nature telle que la dimension publique de l’espace y prend réellement vie. À l’évidence, un bâtiment public postindustriel en perpétuelle transformation comme la Fonderie, qui regorge d’oeuvres de formats considérables, n’est pas une tentative nostalgique de renouer avec l’idéal moderne de l’espace public. Mais par les temps difficiles et complexes qui courent, c’est peut-être exactement le genre d’espace public qu’il nous faut.
 
Ryan Stec
Ryan Stec est un artiste, éducateur, producteur et designer qui mène des activités de recherche et de production. Fortement intéressé par le croisement de la technologie, la créativité et l’environnement, son travail récent porte sur des interventions qui redéfinissent notre manière d’expérimenter la ville autour de nous. Étroitement impliqué dans la culture des centres d'artistes autogérés d’Ottawa depuis 1998, il occupe depuis 2005 le poste de directeur artistique d’Artengine, un centre artistique de création et de recherche en art situé au cœur de la capitale. Il est actuellement candidat au doctorat en architecture à l’Université Carleton où il mène des recherches sur le potentiel politique des interventions éphémères en art et en design dans l’espace public.


POINTS DE VUE 
La Galerie UQO propose, en collaboration avec AXENÉO7, une série d’activités conviant les artistes du projet À perte de vue / Endless Landscape et des conférenciers invités à réfléchir et dialoguer sur les enjeux soulevés par la production et la présentation d’œuvres monumentales dans la Fonderie.

La programmation de Points de vue s’amorce par deux Soirées discussions, où les dix artistes participant au projet – Cedric Bomford, Jim Bomford, Nathan Bomford, Michel de Broin, Alexandre David, Noémie Lafrance, Nadia Myre, Graeme Patterson, Dominique Pétrin et Samuel Roy-Bois – et les deux modérateurs invités – Geneviève Saulnier et Stefan St-Laurent – sont invités à converser sur les enjeux au cœur de leurs projets artistiques. Quatre Soirées conférences se déroulant en été seront animées par des artistes, chercheurs, conservateurs et spécialistes – Louise N. Boucher, Steven Loft, Suzanne Paquet, Jonathan Shaughnessy, Ryan Stec, Justin Wonnacott, Jakub Zdebik – qui donneront tour à tour leurs différents points de vue sur le projet. La mise en commun de leurs réflexions aboutira à une analyse globale tout en dégageant plusieurs pistes de réflexion.


Horaire d'ouverture

Lundi 11h30 à 17h
Mardi 11h30 à 17h
Mercredi 11h30 à 17h
Jeudi 11h30 à 17h
Vendredi 11h30 à 17h
Samedi 13h à 16h

Galerie UQO

Université du Québec en Outaouais 101, rue Saint-Jean-Bosco, C.P. 1250 succ. Hull,
Gatineau (Québec) J8X 3X7
Tél. + 1 819 595-3900 poste 2677
Marie-Helene.Leblanc@uqo.ca
http://galerie.uqo.ca/
Carte google

expositions et événements

Inscrivez-vous au bulletin hebdomadaire

 

 

© Copyright 2017 Réseau Art Actuel
Réalisé par Propage